Vous êtes

Une résidence d’auteur sur le Bocage : à la rencontre de Velibor Čolić

Accueil > Coup de projecteur > Une résidence d’auteur sur le Bocage : à la rencontre de Velibor Čolić

« Accueillir un écrivain en résidence, c’est lui offrir du temps de création. »

Depuis 30 ans, l’association « Lecture en tête » œuvre pour promouvoir la littérature contemporaine, à travers différents évènements : rencontres d’auteurs, ateliers lecture, et bien sûr des résidences en Mayenne.

Chaque année, elle organise également le « Festival du Premier roman et des littératures contemporaines » à Laval auquel plusieurs adhérents du Réseau Lecture ont déjà eu l’occasion de participer. En 2020, "Lecture en Tête" célèbre ses "10 ans de résidence d'écriture en Mayenne" : 9 auteurs accueillis en micro-résidence sur les 9 territoires du département. Ces temps d’immersion aboutiront pour chaque résident à l’écriture d’un texte sur le thème « Paysage(s) ». Les textes seront réunis en un recueil publié en 2021 aux éditions WARM.

Découvrez l’ensemble des auteurs reçus en résidence en 2020 sur le site de « Lecture en tête »

Sur le Bocage…

C’est donc dans ce cadre que le Bocage Mayennais devait recevoir l’auteur bosniaque Velibor Colic. Après maintes péripéties consécutives à la pandémie de la covid 19, la résidence d’écriture prévue au printemps a finalement pu se tenir en cette fin d’année 2020… sous un format particulier !

Velibor Colic a réalisé son travail de création à distance, et les accueils du public étant impossible en médiathèque, c’est aussi à distance que nous vous proposons de rencontrer l’auteur et d’en savoir plus sur son travail.

En bonus : suivez aussi la page facebook du Réseau Lecture du 25 au 30 janvier 2021 !

© Christine Lhôte

© Christine Lhôte

Qui est Velibor Čolić ?

Velibor est né le 13 juin 1964 à Odzak au nord de la Bosnie-Herzégovine, mais grandit à Modrica.

Il suit des études de littérature Yougoslave à Sarajevo et Zagreb pendant lesquelles il devient le représentant de la génération d’auteurs rassemblés autour du magazine littéraire croate « Quorum ». Après ses études, il travaille à la radio régionale comme journaliste autour du rock et du jazz.

Lorsque l’armée yougoslave lance son offensive le 6 avril 1992, Velibor est enrôlé dans l’armée de la République de Bosnie-Herzégovine pour défendre le pays. Après avoir constaté toutes les atrocités commises par l’armée, il la quitte. Considéré alors comme déserteur, il est enfermé avec près de trois mille Bosniaques dans le camp de Slavonski Brod d’où il s’évade le 11 juillet 1992 : sa maison et ses manuscrits seront réduits en cendre.

Au mois d’août de la même année, il arrive en France et est reconnu comme réfugié en septembre.  Accueilli à Strasbourg par le parlement international des écrivains pour une résidence d’un an, Velibor y restera quelques temps où il travaillera dans une bibliothèque et collaborera pour le quotidien « Dernières nouvelles d’Alsace ».

D’abord auteur de plusieurs ouvrages en serbo-croate, traduits en français, « Archanges » est le premier ouvrage de Velibor Colic écrit directement en français (éd. Gaïa). C’est grâce à ce titre qu’on le découvre en Mayenne lors du Festival du Premier Roman 2009 où il est invité pour son roman.

Il y revient 2 ans plus tard pour une résidence, où il écrit son 8e roman Sarajevo Omnibus.  Son 11e récit, Le Livre des départs sera l’objet de la lecture musicale proposée lors de sa résidence sur le Bocage.

Ses romans

Velibor est l’auteur de 11 romans souvent autobiographique et historique, portés par une écriture poétique, imagée, parfois incisive ou onirique. Avec ce talent particulier des conteurs traditionnels, il offre une œuvre personnelle qui parvient à dire et transmettre l’indicible. Consulter le catalogue en ligne du Réseau pour connaitre la disponibilité de ses romans.

  • 2020 Le livre des départs (Gallimard) : à travers le récit de son propre exil, Velibor nous fait partager le sentiment de déréliction  des migrants, et l’errance sans espoir de ceux qui ne trouveront jamais vraiment leur demeure. Son récit est aussi un hommage à la langue française, à la fois déchirant et plein de fantaisie.
  • 2016 Manuel d’exil (Gallimard) : Après avoir déserté l’armée bosniaque, le narrateur se retrouve sans argent ni amis, ne parlant pas le français, dans un foyer pour réfugiés. Dans une langue poétique, pleine de fantaisie et d'humour, Velibor aborde un sujet d’une grande actualité et décrit sans apitoiement la condition des réfugiés, avec une ironie féroce et tendre.
  • 2014 Ederlezi (Gallimard) : Ederlezi retrace l'histoire, à travers le XXe siècle, d'un fameux orchestre tzigane composé de musiciens virtuoses, buveurs, conteurs invétérés, séducteurs et bagarreurs incorrigibles. Ils colportent leurs blagues paillardes, leurs aphorismes douteux et leurs chansons lacrymogènes de village en village. ...
  • 2012 Sarajevo omnibus (Gallimard) : Velibor rappelle que l'Histoire d’une ville ne se construit pas uniquement sur des faits réels et tangibles, elle se nourrit également de rumeurs, mythes et légendes…
  • 2010 Jésus et Tito (Gaïa) : Velibor feuillette ses souvenirs : une enfance sous le signe de la bonne étoile rouge et une adolescence sous influence rock'n roll. On ne choisit pas toujours ses icônes : le petit Jésus contre le maréchal Tito est un match qui se joue tous les jours à la maison.
  • 2008 Archanges (Gaïa) : Ces archanges sont quatre, égarés, morts ou survivants d'une guerre dans un pays n'existant plus. A la fois victimes, bourreaux, exécutants et décideurs, ils tentent de s'arranger avec leurs fantômes, leurs souvenirs et l'horreur.
  • 2005 Perdido (Gallimard) : Ecrit en hommage à Benjamin Francis Ben Webster, saxophone ténor né à Kansas City en 1909 et mort à Amsterdam en 1973, ce roman revisite les principales étapes de l'existence de ce membre de l'orchestre de Duke Ellington.
  • 2001 Mother Funker (Le Serpent à plumes) : Une traversée funeste de l'Europe des dictatures, de Paris à Budapest, puis de Vienne à Belgrade, sur les traces d'un anti-héros, l'Américain Hubert Selbi, tueur à gages chargé d'éliminer les criminels de guerre.
  • 1995 La Vie fantasmagoriquement brève et étrange d’Amadeo Modigliani (Le Serpent à plumes) : Tragique, poète, étrange et fantasmagorique, telle fut la vie d'Amadeo Modigliani dans les rêves de Velibor. Ange au destin fulgurant, le peintre devient l'emblème du génie créateur, maudit, bien sûr, et élu tout à la fois.
  • 1995 Chronique des oubliés (La digitale) : Deux ans après s'être exilé en France, les images de la guerre assaillent toujours l'auteur.... C’est pourquoi il entreprend une nouvelle fois de graver sur la pierre de stèles imaginaires, l'histoire de ceux qui ont vécu et sont portés disparus du monde des vivants.
  • 1994 Les Bosniaques (Le Serpent à plumes) : Séparés par des uniformes différents, les Bosniaques ne sont réunis que dans la mort au front d'une guerre sans gloire. En trois temps, Hommes, Villes et Barbelés, Velibor Colic, réfugié du camp de Slavonski Brod, nous livre une succession de témoignages sur la guerre qui a déchiré l'Ex-Yougoslavie.
1994

1994

1995

1995

1995

1995

2001

2001

2005

2005

2008

2008

2010

2010

2012

2012

2014

2014

2016

2016

2020

2020

1994
1995
1995
2001
2005
2008
2010
2012
2014
2016
2020