Vous êtes

Espace
emploi

Interview croisé GEIQ et Groupe LB

Accueil > Entreprendre > Des synergies pour votre activité > Interview croisé GEIQ et Groupe LB

L'interview croisée

Le GEIQ (Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification) opère depuis plusieurs années sur le département de la Mayenne. Sandrine Kwocala (Directrice du GEIQ BTP 53) nous en dit plus sur l'activité de l'association ; tandis qu'Aline LE BRIS (DRH du Groupe LB) vous partage son expérience.

Le GEIQ, c'est quoi ?

En quelques mots, comment fonctionne un GEIQ ?

Sandrine KWOCALA (Directrice du GEIQ BTP 53) : Le GEIQ est un Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification qui est piloté et géré par ses entreprises adhérentes, mobilisées pour favoriser l’insertion des personnes éloignées du marché du travail. Le GEIQ sélectionne, recrute, et met à disposition de ses adhérents, des salariés en contrat d’alternance. Il organise les parcours de formation pour ses salariés, et leur fait bénéficier d’un double tutorat (par l’entreprise et le Geiq), et d’un accompagnement socio-professionnel.

Quels sont les secteurs d’activité d’intervention du GEIQ 53 ?

SK : D’un point de vue géographique, le GEIQ BTP 53 intervient sur le tout le département de la Mayenne. D’un point de vue activité économique : le GEIQ BTP 53 est spécialisé dans le secteur d’activité du BTP et du TP. Par exemple, nous travaillons aussi bien avec un carreleur qu’un charpentier et même sur des métiers en bureau d’études, peu importe la taille de l’entreprise.

Sandrine KWOCALA (Directrice du GEIQ BTP 53)

Sandrine KWOCALA (Directrice du GEIQ BTP 53)

Combien de personnes sont sous contrats ?

SK : A fin juin 2022, nous accompagnons 22 salariés en parcours. Sur ces 22 salariés, nous avons 4 contrats dans le secteur de NORD MAYENNE mais nous avons des postes à pourvoir : 3 postes à maçonnerie, 2 postes en bardeur (voir plus), 2 postes en manœuvre TP, 2 postes en couvertures charpentes, 1 poste en pose de menuiserie (Voir plus), 1 poste en métallier.

Selon vous, quels sont les avantages à recourir à cette solution ?

SK : Les avantages sont multiples, mais je dirai surtout qu’ils sont avant tout humains. C’est l’engagement d’un contrat tripartite qui permet de belles réussites. Travailler avec le GEIQ, c’est permettre à des personnes éloignées de l’emploi de travailler, de leur redonner confiance en eux et une chance de prouver qu’ils peuvent et savent faire tout en partant de zéro. Faire appel au GEIQ, c’est s’engager dans la démarche RSE et en même temps répondre à une problématique de recrutement. Le GEIQ a un grand réseau ce qui permet de répondre aux entreprises plus facilement même si le recrutement reste difficile pour tout le monde. Notre travail est aussi de lever les freins sur toutes les problématiques que peuvent rencontrer des personnes (Permis, logement, papiers, mobilité).
Nous sommes le lien entre le candidat et l’entreprise. Nous passons beaucoup de temps dans l’accompagnement ce qui permet de pérenniser le poste. Les échanges avec nos salariés et les entreprises sont vraiment notre point fort.
Plus concrètement, je vous liste les avantages de travailler avec le GEIQ pour les entreprises :

  • S’engager dans un dispositif d’insertion piloté par les entreprises
  • S’assurer d’un recrutement personnalisé, en phase avec vos besoins
  • Tester le candidat sans endosser seul le risque employeur
  • Accéder à des parcours de formation individualisés, adaptés à vos exigences
  • Un accompagnement du salarié et de votre entreprise, vecteur d’une intégration réussie
  • Une gestion de toutes les formalités administratives

Quelles sont vos axes d’intervention pour les prochains mois ?

SK : Nous avons lancé une étude qui est menée par Sabrina PEU, notre chargée d’étude pour les 3 GEIQ du département pour recenser les besoins, les attentes de chaque territoire. Avec cette étude, nous arriverons à cibler les besoins urgents des différents territoires pour pouvoir, éventuellement, ouvrir des agences sur le Nord ou Sud Mayenne.
Notre souhait, également, serait de travailler avec la région pour trouver tous ensemble des solutions sur la mobilité en Mayenne. Beaucoup de personnes sont privées d’emploi sur les départements Nord et Sud Mayenne, car nous n’avons pas de solutions pérennes de transport ou de logement.

Si des dirigeants entreprises du Nord Mayenne souhaitent en savoir plus sur le GEIQ, comment peuvent-ils faire ?

SK : Il suffit juste de nous contacter au GEIQ (02.43.53.68.98 ou 06.23.58.05.69) et nous vous répondrons avec plaisir. Nous profitons de cette newsletter pour informer que toutes les entreprises du Nord Mayenne sont conviées à un évènement « spécial Nord Mayenne » le 12 septembre à partir de 17h près de Mayenne. Nous travaillons actuellement sur cet évènement et une intervention devrait avoir lieu sur une thématique précise afin de favoriser le recrutement et vous présenter l’accompagnement du GEIQ. Vous pouvez d’ores et déjà retenir cette date.

Le Groupe LB : un partenariat qui fonctionne

Aline LE BRIS (DRH du Groupe LB)

Aline LE BRIS (DRH du Groupe LB)

Pouvez-vous présenter votre structure (nombre d’établissements, de salariés totaux et à Gorron, votre activité, des projets à venir…) ?

Aline Le Bris (DRH Groupe LB) : « Le Groupe LE BRIS compte 7 agences, dont l’une d’entre elles est basée à Gorron. Le siège est à Granville ; la Normandie étant notre principale terre d’accueil. Le groupe compte 240 collaborateurs. Pour ce qui concerne l’antenne de Gorron – qui est associée à celle d’Alençon – elle est composée de 70 personnes (dont environ 55 sont rattachées à la Mayenne). L’entreprise est spécialisée dans le gros œuvre. Nous construisons tout type de bâtiments : logements, bâtiments industriels, centres aquatiques, supermarchés, cinémas, gendarmeries ou encore maisons de santé (comme ce fût le cas ces dernières années dans le Bocage Mayennais). L’antenne de Gorron possède la particularité de faire également du montage d’éléments modulaires à partir de structure en bois et métal. Il s’agit d’une solution qui conjugue qualité et rapidité d’action, notamment pour des projets d’agrandissement. Cette offre se déploie sur l’ensemble du grand Ouest et jusqu’à Paris. »

Aujourd’hui, comment qualifieriez-vous les enjeux liés au recrutement pour votre groupe ?

ALB : « Comme dans l’ensemble des secteurs d’activité, recruter est un enjeu fort pour l’entreprise et sa bonne organisation. Notre métier requiert une qualification certaine, difficile à trouver de nos jours. Et malheureusement, cette situation n’est pas nouvelle dans le bâtiment. Nous connaissons depuis longtemps une baisse de l’attractivité de nos métiers. Il nous appartient donc de travailler avec les écoles pour redorer notre image. Nous y intervenons pour nous présenter et pour faire connaître les opportunités d’évolution que nous pouvons offrir. Nous essayons également de participer à des salons et autres jobs dating. Si ce n’est pas évident de mettre tout cela en place – notamment lorsqu’on est seul – cela reste nécessaire pour le devenir du métier et le développement du groupe. »

Quelle solution vous a apporté le GEIQ ?

ALB : « Le groupe a adhéré au GEIQ BTP de Normandie, il y a environ 8 ans. Depuis le partenariat s’est étendu au GEIQ 53. Au départ, c’est la proposition d’un accompagnement complet des futurs collaborateurs qui nous a convaincu de tenter l’expérience. Les résultats ont suivi avec l’intégration de plusieurs collaborateurs au fil des ans. Le GEIQ nous a en effet apporté des candidatures de profils employables, car déjà qualifiés ou en passe de l’être via l’alternance. En amont, l’ensemble des freins relatifs à l’insertion avaient été levés (cf. mobilité, santé, logement…). De plus, l’association effectue un vrai travail avec les candidats sur leurs projets professionnels et surtout sur leur savoir-être. Ce processus permet au collaborateur d’être dans les meilleures conditions pour sa prise de poste. Au final, durant ces 8 années, nous avons accueillis 5 collaborateurs, dont 3 font toujours partis de nos effectifs. »

Quel est le point fort de la proposition du GEIQ ?

ALB : « Désormais, l’association connaît l’entreprise et ses besoins. Lorsqu’un candidat à l’emploi ou à la formation professionnelle nous est proposé, nous sommes généralement confiants sur son intégration. Pour moi, c’est là que réside le vrai point fort du groupement d’employeur. C’est une structure qui propose avant tout une solution qualitative, plutôt que du quantitative. Si le GEIQ ne nous propose qu’un seul candidat par mois, il y a fort à parier que celui-ci correspondra à nos attentes. Il s’agit donc d’un levier supplémentaire, qui désormais fait partie de notre panoplie de sourcing et que nous continuerons d’actionner à l’avenir. »