Vous êtes

Espace
emploi

Un territoire de bocage

Accueil > Au quotidien > Urbanisme et environnement > Un territoire de bocage

Le bocage peut être défini comme "un aménagement agraire organisé avec logique, un paysage agricole où les parcelles sont encloses". Le terme est issu du langage normand, dérivé du mot "bosq" signifiant bois et "hag" signifiant haie. Il ne se limite pas seulement aux haies même si celles-ci le structurent. Le bocage est également composé de talus, de mares, de bosquets, de bois, de verger, de prairie, de landes...C'est donc un paysage particulièrement varié et riche d'une biodiversité.

Le bocage est né dans les régions de sols humides où la croissance de l'herbe est forte et l'élevage bien implanté (comme dans le nord ouest mayennais).La modernisation de l'agriculture des régions de bocage et notamment la mécanisation a souvent été le prétexte à une destruction des haies afin d'agrandir la taille des parcelles et de gagner du terrain labourable.Ainsi, le bocage est le fruit de l'homme sur son environnement au fil du temps et résulte d'une adéquation entre conditions sociales, économiques, climatiques et pédologiques : le bocage n'est donc pas un paysage figé et immuable. Pour autant, il joue de multiples rôles positifs et à ce titre mérite toutes nos attentions.

Le Bocage de la Communauté de communes en quelques chiffres :

Linéaire 2700 km de haies
Densité 51.2 m/ha

Les rôles de la haie

Les haies jouent un rôle majeur

  • la lutte contre l'érosion et la préservation des sols
  • La protection des cultures et des troupeaux contre le vent, la pluie et le soleil
  • Un refuge pour la biodiversité de la faune et de la flore
  • La diversification des ressources et des productions
  • Le stockage carbone
  • Le cadre de vie, loisirs (randonnées..)

La Communauté de Communes, actrice du bocage

Avec un tel patrimoine, la Communauté de communes se doit d'avoir une politique volontariste et cohérente en matière de protection et de gestion de son bocage : l'objectif est de conserver et de protéger les milieux naturels, les continuités écologiques et les paysages locaux tels que les vallées de l'Airon, la Colmont, la Varenne...

L'action menée doit à la fois être efficace sur le plan environnemental et respectueuse des usages et des contraintes.

  • Protection de 50% des haies via le Plan local d'urbanisme ( PLUi) et la mise en place d'une réglementation ciblée et d'une procédure spécifique.
  • Accompagnement technique de tout particulier ou professionnel ayant un projet autour du bocage: plantation, déplacement, entretien, gestion durable..
  • Accompagnement à la recherche de financement des projets individuels : aides départementales, régionnales ou autres...

Ce que dit le Plan d'urbanisme (PLUi):

Certains projets au titre du PLUi sont soumis à la déclaration préalable : Tout projet de suppression ou de travaux ayant pour effet la suppression d'une haie identifiée doit faire l'objet d'une déclaration préalable suivant l'article R. 421-23 du code de l'urbanisme.

En cas de destruction nécessaire et motivée, la solution retenue doit être celle du moindre impact et les mesures compensatoires suivantes sont définies :

  • Replantation dans des proportions identiques : linéaire supérieur ou à minima équivalent ;
  • Replantation avec un intérêt environnemental équivalent : replantation avec talus équivalent à celui détruit, de préférence avec une ou plusieurs connexions biologiques et de préférence perpendiculaire à la pente ;
  • Replantation avec choix d'essences champêtres adaptées au changement climatique et de provenance locale ;
  • Replantation à proximité du lieu de l'arrachage.

Une dérogation à l'obligation de replantation peut être obtenue en cas d'arrachage d'une haie sur une longueur inférieure à 10 m pour créer un accès, permettre le passage d'engins agricoles, permettre l'extension d'une construction existante ou assurer la sécurité.

Une haie cela s'entretient, cela se taille...

Une taille sévère d' une haie provoque souvent de vives réactions chez les riverains. Pourtant cette opération est dans bon nombre de cas tout à fait salutaire pour la haie. Ce recépage va permettre de redynamiser les souches d'arbres, d'avoir des haies plus vigoureuses et qui vieilliront donc beaucoup mieux. Par contre ces opérations doivent être faites dans les règles de l'art à savoir, une coupe nette au plus près du sol afin d'assurer un bon démarrage. De la même façon, les arbres arrivés à maturité peuvent, voir doivent être "récoltés". Cependant le bon gestionnaire aura anticipé et replanté un nombre équivalent de pieds pour que les générations futures puissent aussi s'extasier devant des arbres centenaires. Ces bonnes pratiques d'entretien et de gestion des haies maîtrisées par nos aînés se sont trop souvent perdues, il faut les ré-apprendre pour les mettre en pratique.

Agriculteurs, particuliers, collectivités: tous acteurs de notre bocage

Si la majorité des haies sont gérées par les agriculteurs, certaines relèvent d'une gestion par une collectivité, un particulier propriétaire d'un terrain ou par une entreprise. Ainsi les responsabilités comme les actions proposées nous concernent potentiellement tous.Tout comme les agriculteurs, les particuliers sont encouragés à mettre en place des haies bocagères plutôt que des haies composées d'essences exotiques. Ils ont aussi accès au conseil technique ainsi qu'à certains dispositifs d'aides financières.
 

Votre technicien sur le Bocage Mayennais

Baptiste GERNOT: technicien bocage hydraulique douce 

baptistegernot@bocage-mayennais.fr - 02.43.05.37.86/ 06.16.52.66.01