Vous êtes

Interview. Anne et Henry COUSIN, Les Rillettes Gorronnaises

Accueil > Entreprendre > Des synergies pour votre activité > Interview. Anne et Henry COUSIN, Les Rillettes Gorronnaises

Les Rillettes Gorronnaises, c’est une entreprise historique de Gorron et de la Mayenne… est-il encore utile de la présenter ?

L’entreprise a été créée à Gorron en 1988 dans l’ancien abattoir de Monsieur Coutelle, rue Jean-Jacques Garnier, avant de déménager vers la Zone d’Activités de La Bourdaiserie et enfin le Parc d’Activités des Besnardières.

Au départ, elle ne fabriquait que des Rillettes pur porc. Maintenant, nous produisons plus de 150 références commercialisées pour la plupart en GMS : rillettes de porc, oie et poulet, pâtés, produits cuits comme des tripes ou boudins, saucisses, merguez,… ainsi qu’une gamme de découpe de viande Label Rouge. En effet, depuis 2 ans nous avons noué un partenariat avec 12 éleveurs mayennais de porcs Label Rouge.

A mi-chemin entre artisans et industriels, nous mettons en avant la qualité de nos produits. Nous ne travaillons que de la matière fraîche française, sélectionnée et découpée par nos bouchers. Cela nous a permis, en 10 participations, de recevoir 19 médailles au Concours Général Agricole dont 8 en or.

C’est aussi une histoire et une aventure familiale…

Oui, l’entreprise a été créée par mon père, Jean-Rémy Cousin, assistée de ma mère Isabelle. Aujourd’hui, mon frère Henry et moi-même (respectivement 5 et 15 ans dans l’entreprise) reprenons progressivement les rênes en perpétuant ce qui a fait la réussite de l’entreprise : la qualité des produits et la valorisation du savoir-faire de nos collaborateurs (40 personnes aujourd’hui).

L’humain est primordial dans notre société car avec très peu d’intervention mécanique dans les processus de fabrication de nos produits, il faut que les salariés soient heureux au travail sinon cela se ressent dans la qualité finale des produits.

Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez en ce moment ?

Nous avons un projet d’agrandissement de notre site pour 2020. L’objectif est de gagner un peu de place pour nous donner la possibilité de développer d’avantage nos gammes actuelles et proposer, par exemple, des produits biologiques.

La localisation de l’entreprise, dans le Bocage Mayennais, présente-t-elle un intérêt pour son développement ?

L’ancrage de la société dans le Nord Mayenne est véritablement dans l’ADN de l’entreprise. Certes, d’un point de vue logistique, cela est relativement contraignant mais d’un point de vue main d’œuvre nous nous y retrouvons.

En effet, nous n’avons pour le moment pas de problèmes pour recruter du personnel non qualifié ou avec des qualifications spécifiques telles que boucher-charcutier ou récemment une ingénieure qualité. 80% de notre personnel habite à moins de 10 minutes de l’entreprise ce qui s’avère être un atout pour nous et nos salariés. Pour preuve, nous n’avons aucun turnover.